La triste histoire des éléphants en voie de disparition au Vietnam

Selon les ONG et et le site Care2, le nombre d’éléphants encore en vie au Vietnam s’élève à quelques dizaines seulement. Alors qu’il y avait encore environ 1 500 éléphants d’enregistrés dans le pays il y a tout juste vingt ans.

Il y a trois ans, un groupe de conservation, du bureau anglais de Hanoï, le Fauna and Flora International (FFI), avait averti que les éléphants restants du Vietnam étaient d’à peine 150 individus, selon certaines estimations et qu’ils étaient déjà en danger d’extinction. En 1990, il y avait environ 1 500 à 2 000 éléphants. Maintenant, il y en a peut-être que quelques dizaines seulement.

Les braconniers ont abattu et massacrés les éléphants au Vietnam, au point que l’extinction ne semble pas seulement possible, mais elle est véritablement inévitable. En 2009, le représentant du FFI , Frank Momberg a indiqué à la chaine à CBS d’entreprendre une étude de faisabilité pour créer un centre de protection d’éléphants dans la province centrale vietnamienne de Daklak, où la majorité des éléphants domestiques du Vietnam vivaient.

Mais maintenant, en Septembre 2012, Mark McDonald a écrit dans le journal New York Times que «les groupes de conservation de la vie ont essentiellement jeté l’éponge » de sauver les éléphants du Vietnam, qui étaient encore dans les jungles du pays et les forêts il y a à peine une génération et il y a aussi peu de soutien qui a été fournie par le gouvernement à la fois financièrement et juridiquement.

Un centre de conservation des éléphants, minuscule et mal financé est située dans un parc national dans la province de Dak Lak, dans le sud-centre du Vietnam, et il a été à l’abri d’un troupeau de 29 éléphants. Mais il y a deux semaines, deux éléphants de ce groupe ont été trouvé abattus dans une forêt, dont les défenses ont été coupées. Sans un mâle adulte, les responsables forestiers vietnamiens ont indiqués que le troupeau n’était plus «durable». Le Directeur par intérim du parc a déclaré que le braconnage des éléphants est devenue «endémique», avec six mâles du troupeau ayant été tués cette année.

Le développement économique qui a empiété sur l’habitat des éléphants depuis le début des années 1990 est tout autant coupable. Les Rizières, les plantations de café et de caoutchouc, des usines, des barrages, des routes ont surgi dans des endroits où les éléphants vivaient autrefois. Les forêts d’acajou, de teck et bois de fer qui se trouvaient depuis des siècles ont été abattus et envoyés à l’étranger.

Personne ne va sauver les éléphants du Vietnam? Mark McDonald rappelle une conversation de 1999 avec M. Momberg dans lequel il a déclaré que «les autorités locales prenaient des décisions sur le développement sans se soucier de l’environnement. » Sa déclaration a été cruellement confirmée par les événements qui ont suivis. En 2006, le gouvernement vietnamien a adopté un « plan d’action d’urgence » pour protéger les éléphants. Mais il n’a pas été mis en œuvre.

Mark McDonald utilise des expressions comme « sombre » et « rien de catastrophique» pour décrire les efforts pour protéger les éléphants. Un effort en 1993 à relocaliser 13 éléphants de leur habitat dans le sud du Vietnam qui devait être transformé en exploitations industrielles a abouti, mais l’un des éléphants en train de mourir. Le dernier a été envoyé au zoo de Saigon.

Avec leurs habitats arrachés et des vivres épuisés, il ne semble guère surprenant que les éléphants , des animaux très intelligents et sociaux aient répondu. McDonald décrit que affamé, « en maraude », les éléphants ont laissé les forêts et sont venus dégrader les récoltes des agriculteurs comme les pommes de terre et la canne à sucre, et ont parfois piétiné les gens dans le processus. Les villageois ont creusé des tranchées profondes pour piéger les éléphants ou cherché à les combattre avec des fusils de chasse « faits maison et des lance-flammes. »

La montée de la classe moyenne en Chine a créé une demande apparemment insatiable pour l’ivoire, pour les transformer en statues, en bijoux ou en baguettes. Comme Robert Hormats, un haut responsable du département d’Etat américain déclare simplement: « La Chine est l’épicentre de la demande. Sans la demande de la Chine, le marcher s’effondrerait ». Le marché illégal de l’ivoire alimente ce que Judy Molland de chez Care2 décrit comme un écœurant abattage des éléphants à travers le monde.

source: Care2 – New-York Times.

You can leave a response, or trackback from your own site.


Commentez