Un grand nombre de touristes étrangers à l’occasion du Têt du Tigre

Les voyagistes vietnamiens prévoient d’accueillir un grand nombre de touristes étrangers à l’occasion du Têt du Tigre. Pour découvrir le Nouvel An traditionnel des Vietnamiens, les voyageurs ont le choix entre 2 tendances : se rendre chez les habitants pour se mettre dans l’ambiance du Têt et plonger dans la culture traditionnelle vietnamienne, ou partir à la découverte des sites naturels du pays.

Le Vietnam devrait enregistrer une forte hausse du nombre d’arrivées internationales lors du Nouvel An. Les programmes promotionnels menés récemment par l’Administration nationale du tourisme (ANT) du Vietnam et les agences de voyage y sont pour beaucoup. D’après Vu Thê Binh, chef du Département de voyage de l’ANT, tous les vols vers le Vietnam affichent déjà complet. « De cette réalité, nous espérons que les touristes passant le Têt traditionnel au Vietnam seront nombreux ». À cette occasion, les voyagistes lancent des circuits long séjour réservés aux touristes occidentaux et d’autres plus courts pour les voyageurs asiatiques.

L’agence de voyage Saigontourist prévoit d’accueillir 400 touristes étrangers participant au tour « Les Occidentaux découvrent le Têt traditionnel » à Hô Chi Minh-Ville et dans le delta du Mékong. De nombreux voyageurs se le sont procurés. Ainsi, du 6 au 13 février (soit une semaine avant le premier jour du Nouvel An le 14 février ), la première partie du périple intitulée « Accueillir le Têt dans le Nam bô occidental » conduira les touristes dans le marché aux pastèques (fruit qui arrive à maturité à cette période), dans des vergers, des jardins de plantes d’agré- ment… Les visiteurs pourront s’initier à la préparation du pain banh tet, un des aliments principaux des habitants du Sud pendant le Têt. Ensuite, la 2e étape : « Accueillir le Têt avec les Saigonais » permettra aux voyageurs de passer le Têt dans des familles vietnamiennes, du 14 au 17 février (les 4 premiers jours du Nouvel an lunaire).

Les touristes seront accueillis dans des familles où 3 générations se croisent, et qui ont su conserver leurs traditions. Dans la mégapole du Sud, la résidence du professeur Nguyên Nha, directeur de l’Institut de recherche de l’art culinaire du Vietnam, située dans l’arrondissement de Phu Nhuân, jouit d’une renommée qui n’est plus à faire. Là, le propriétaire de la maison présente à ses visiteurs l’autel des ancêtres, la légende concernant le mât du Têt, la manière de rendre le culte aux divinités, aux aïeux ou la façon de goûter des plats typiques de la cuisine vietnamienne. Les touristes étrangers peuvent même confectionner de leurs propres mains le pain banh tet et la confiture de gingembre sous l’oeil attentif de la patronne de la maison.

lire la suite de l’article sur le courrier du vietnam

You can leave a response, or trackback from your own site.


Commentez