Posts pour le mot-clé ‘Centre culturel français’

Hanoi accueille le 4e festival international de musique électronique

Hanoi soundstuff 2011, le 4e festival international de musique électronique intitulé «Green connection» se tiendra au Centre d’Exposition Van Ho les 15 et 16 avril 2011.

Plus de 20 artistes locaux et étrangers tels que Tri Minh, Giang Noise, DJ Kruise, Luong Hue Trinh, Trinh Minh Hien, Tung Duong, le groupe français « Silvouplay», «Timeart Ensemble» venu d’Allemagne, Space 360 ,’Horn’ en provenance de Thaïlande et Raysoo venu de de Malaisie se joindront à la fête.

Le festival de cette année sera consacré à l’environnement afin de sensibiliser les jeunes à l’importance de la protection de l’environnement.

Une performance de Luong Hue Minh et du compositeur Tri Minh a eu lieu le 2 avril au Centre culturel français et un séminaire sur l’organisation du festival et de sa gestion le 12 avril, 13 et 14 seront les points forts de l’événement parmi de nombreuses autres activités qui ont lieu avant le festival.

Les billets sont au prix de 50 000 VND ( moins de 2 € ) et sont disponibles à l’Institut Goethe, 56-58 Nguyen Thai Hoc et au Centre Culturel Français, 24 Trang Tien à Hanoi.

Exposition de photos du photographe français Sébastien Laval au Centre culturel français à Hanoi

Une exposition de photos du photographe français Sébastien Laval, droit des collectivités à travers le temps, a ouvert au centre culturel français à Hanoi.
Les photos en noir et blanc, portraits de la vie et la culture des personnes dans la province centrale de Thua Thien-Hue, ainsi que du Cambodge à Angkor Wat et de Luang Prabang au Laos. Les photos de Sébastien Laval traitent les différents sujet comme les maisons flottantes, le scintillement des feux de cuisson, des sourires innocents des enfants, l’expression austère sur le visage d’un homme des minorités ethniques, ou une pipe entre les lèvres d’une femme, tout cela pour saisir l’énigme qui perdure dans ces régions.

Les photos sont des portraits et décrivent à la fois les coutumes traditionnelles et les changements dans la vie des gens. Des images parfois dans l’opposition, comme le contraste entre les vêtements traditionnels et les antennes paraboliques, les vieux toits et les routes d’asphalte, afin de refléter les changements dans la vie de la population ethnique. Les images n’ont pas de titres, ce qui permet au spectateur de penser librement, de sentir et de découvrir les personnages, d’ «essayer de les rencontrer, leur parler, les regarder et les comprendre», comme le propose Sébastien Laval lui même. Lire plus »