Hô-Chi-Minh-Ville

Hô-Chi-Minh-Ville ( s’écrit en français avec des traits d’union mais sans en vietnamien Thành phố Hồ Chí Minh), anciennement Saigon jusqu’en 1975 ( laplus part des Vietnamien continuent à l’appeler ainsi, Hô-Chi-Minh est la ville la plus peupléée du Viêt Nam, devant la capitale Hanoï.
Les vainqueurs communistes imposent le nom actuel, Hô-Chi-Minh-Ville (Thành phố Hồ Chí Minh), le 2 juillet 1976, nom déjà adopté par le premier gouvernement en 1945 de la République démocratique du Việt Nam, en hommage à Hồ Chí Minh, homme d’État vietnamien né Nguyễn Sinh Cung, puis également connu sous le nom de Nguyên Aï Quoc, fondateur de la République démocratique du Viêt Nam .

La ville se divise en 19 arrondissements et 5 districts pour une superficie de 2 090 km2 et 7 400 100 habitants ( dernier recensement de 2005).
Les arrondissements intra-muros de la ville sont numérotés de 1 à 12 puis s’y ajoutent ceux de Tân Bình, Bình Thạnh, Phú Nhuận, Thủ Đức, Gò Vấp. Les districts suburbains sont Nhà Bè, Cần Giờ, Hóc Môn, Củ Chi, Bình Chánh.

Hô-Chi-Minh-Ville se trouve sur les rives de la rivière de Saigon. Située à proximité du delta du Mékong, cette ville est la métropole du sud du pays.
La ville fut un grand port khmer jusqu’au XVIIe siècle, et sa population d’origine a été rapidement mise en minorité par une colonisation de peuplement viêt. Pendant la colonisation française, elle était la capitale de l’Indochine française (Cochinchine).
Après la partition du pays issue de la fin de la guerre d’Indochine, Saigon devint la capitale de la République du Việt Nam (dès 1954).

Pendant la guerre du Việt Nam, Saigon était le siège du commandement américain ; son activité économique fut également dopée par la présence de centaines de milliers de soldats américains et son port était embouteillé par l’arrivée d’énormes importations de matériel. Sa prise par les communistes le 30 avril 1975 marqua la fin de la guerre du Việt Nam. La ville fut alors débaptisée au profit du nom du « leader » historique des communistes vietnamiens, Hồ Chí Minh. Néanmoins, de nombreux Vietnamiens continuent à parler de Saigon, du moins en situation informelle. Officiellement, Saigon n’est qu’une partie (District 1) de Hô-Chi-Minh-Ville. Elle est encore, de nos jours, le poumon économique du pays.

Les monuments les plus connus d’Hô-Chi-Minh-Ville à ne pas rater :

– La cathédrale Notre-Dame, en brique rouge importée de Toulouse, sur le modèle de la cathédrale Notre-Dame de Paris mais de dimensions inférieures.
– La grande poste centrale dont la charpente métallique fut conçue par Gustave Eiffel figurent deux cartes coloniales préservées à l’entrée.
– L’hôtel Continental, construit en 1880 par Pierre Cazeau, l’écrivain André Malraux et sa femme y résidèrent entre 1924 et 1925.
– L’hôtel Majestic, construit en 1925 pour la compagnie Huibon Hoa (créé par des associés originaires de Chine) dans le style colonial français.
– L’opéra ou « théâtre municipal » construit sur le modèle du Petit Palais à Paris, en 1900.
– Le très bel hôtel-de-ville de Hô-Chi-Minh-Ville
– Le palais de la réunification (ex-palais présidentiel construit à l’emplacement du palais de Norodom).

– La pagode de l’empereur de Jade
– La pagode de Giac Làm
– La pagode Vinh Nghîem

– Le temple hindou de Mariamman rue Trương Định (ex-rue Lareynière)
– La mosquée indienne rue Đông Du (ex-rue de l’Amiral-Dupré)
– L’église Cha Tàm dans le quartier chinatown de Cholon dont l’intérieur est un mélange de néogothique et de chinois. Le Christ est salué par des gongs.
– Le grand Lycée de Hô-Chi-Minh-Ville porte le nom du grand lettré vietnamien du Sud Truong-Vinh-Ky.

– Le Marché de Ben Thanh (le plus grand marché de la ville)
– LeMarché de Binh Tay dans le quartier chinatown de « Cholon » (qui veut dire « grand marché » en vietnamien).
– Le musée de la Révolution où une panoplie d’avions, hélicoptères et autres véhicules sont exposés dans les jardins.
-Le musée d’Hô Chi Minh, situé dans les anciens locaux de la Compagnie des messageries maritimes, bâtiment en brique et plus ancien vestige français. En effet, Saïgon a été la tête de ligne asiatique du transport maritime de passagers et de fret, entre Marseille et l’Extrême-Orient pendant la période coloniale.



Commentez